10 conseils pour écrire de bonnes user stories

  1. Démarrer avec l’utilisateur
    Comme son nom l’indique une “user story” explique comment un utilisateur utilise le produit ou une fonctionnalité. L’histoire doit être raconter du point de vue de l’utilisateur. De plus, des témoignages d’utilisateurs sont particulièrement utiles pour capturer une partie spécifique de fonctionnalités telles que la recherche d’un produit ou “faire une réservation”.

    • Il faut donc planifier les ateliers. Lors de ces ateliers les utilisateurs doivent être écoutés et questionnés sur les processus métiers, sur leurs attentes.
    • La backlog est créée ou mise à jour selon les cas. Cette backlog liste les user stories à adresser.
    • Une priorité et une valeur métier doivent être déterminées. Ceci peut s’appuyer sur le nombre d’utilisateurs impactés par la user story et par exemple par la productivité que ça apporte.
  2. Personnification
    Un bon moyen d’écrire un récit utilisateur est de personnifier l’utilisateur. Donner lui un nom, un métier, un age. Cette méthode aide à se mettre à la place de l’utilisateur et à comprendre son besoin. Que doit faire la fonctionnalité pour répondre au besoin du personnage?Modèle de document :

    Nom et Photo (image) Détails But
    De qui s’agit-il? Quel est le nom de l’utilisateur? Une   image? Une photo Sa   fonction? Ces tâches? L’objectif de la personne. Pourquoi elle va   utiliser le produit.
  3. Ecriture collaborative
    Le récit utlisateur est un outil de communication de collaboration. Le “product owner” et l’équipe doivent discuter le récit et l’écrire ensemble. Ceci améliore la compréhension de l’équipe et donc la productivité
  4. Les récits doivent rester simples et concis
    En tant que <qui>, je veux <quoi> afin de <pourquoi>. Exemple: En tant qu‘utilisateur (indiqué quel utilisateur ou quel type: visiteur (lecteur), éditeur, admin),
    je veux pouvoir rechercher mes clients par leur prénom et leur nom de famille afin de les retrouver rapidement lorsque je reçois un appel de leur part. (Source Wikipedia)
  5. L’épopée
    Les épopées sont grandes. Celà permet de capturer l’histoire du produit dans ces grandes lignes sans s’embourber dans les détails.
  6. Décomposé
    Décomposé les histoires en plus petites prêtes: claire, faisable et testable. La compréhension du récit doit être claire et comprise par les différents membres de l’équipe.
  7. Critères d’acceptation
    Les critères d’acceptations apportent des précisions aux récits utilisateurs. Ils permettent de les tester. Générallement il faut pour chaque histoire en ajouter 2 ou trois. ça peut être sous forme de cas de test avec résultat attendu. Définir les donnée initiale, les données à saisir, les actions à effectuer et le résultat attendu.
  8. Utilisez des post-it.
    Les post-it facilitent la collaboration. Il permettent à chacun de coucher une idée et de l’ajouter. Ils peuvent facilement être coller sur un mur pour faire des regroupement, détecter les dépendances et s’assuer qu’elles sont complètes. Elles permettent enfin de visualiser et de donner une idée sur l’état d’avancement.
  9. Les récits doivent rester visibles
    Les users stories sont un outils de communication. Gardez les visible sur un  mur ou sur la page d’accueil du projet.
  10. Ne comptez pas uniquement sur ​​les “User Stories”
    Ne voyez pas uniquement les fonctionnalités à développer. Souvenez-vous que le produit doit offrir la meilleure expérience utlisateur possible. Pensez à l’utlisabilité, à l’ergonomie et à la facilité d’utilisation.